Solution Anti Acné

C’est le traitement contre l’acné N°1 aux Etats-Unis !

AcneFree s’attaque directement aux bactéries qui causent l’acné en libérant de façon progressive tout au long de la journée du peroxyde de benzoyle !

AcneFree est un traitement anti-acné qui se présente sous la forme d’un coffret de 3 produits, chacun produit correspondant à une étape du traitement.

AcneFree Etape 1 : Purifier la peau

Purifie, exfolie en douceur les cellules mortes de la peau et élimine les saletés, le sébum et les impuretés en laissant la peau fraîche et propre. Formule non irritante qui délivre du peroxyde de benzoyle directement sur la peau pour attaquer et éliminer les bactéries responsables de l’acné.

AcneFree Etape 2 : Régénérer la peau

Retire délicatement les cellules mortes, revitalise et renouvelle la peau avec une lotion équilibrante. Pénètre profondément pour enlever l’excédent de sébum en laissant sur la peau une sensation de propreté, de fraîcheur et de tonicité. Prépare la peau pour l’étape 3.

AcneFree Etape 3 : Réparer le peau

Cette lotion est la solution la plus efficace disponible actuellement sur le marché pour prévenir l’apparition de l’acné. Elle attaque et tue les bactéries responsables des boutons d’acné et des points noirs avant qu’ils ne sortent. Elle délivre du peroxyde de benzoyle tout au long de la journée, contrôle la production de sébum et fonctionne 24h/24 et 7j/7 afin que la peau reste belle et débarrassée de tout bouton d’acné.

Le traitement anti-acné AcneFree est très facile d’emploi. Il s’utilise matin et soir en respectant l’ordre d’application des 3 lotions. Il faut simplement penser à bien se rincer la peau après l’application de la première lotion. Il ne faut pas par contre rincer la peau après l’application de la deuxième et troisième lotion.

Le traitement anti-acné AcneFree peut être utilisé sur le visage (en évitant le contour des yeux), le dos et la poitrine.

A noter qu’il existe une version du traitement anti-acné AcneFree pour acné sévère qui s’appelle Acne Free Severe System encore plus fortement dosé en peroxyde de benzoyle.


Posté par Michael dans Acné le 05 septembre 2010
Tags: ,

Pourquoi la plupart des traitements dermatologiques et des produits asséchants ne fonctionnent-ils jamais sur le long terme ?
Pourquoi votre acné revient-elle de plus belle au bout de deux ou trois mois ?
Pourquoi ne trouvez vous pas la crème ou le traitement miracle qui fera partir ces affreux boutons qui ruinent votre confiance en vous ?

L’explication est simple : c’est parce l’acné n’est pas qu’un problème de peau ! C’est l’ensemble de votre organisme qui est concerné et qui doit donc être mis à contribution pour vous en débarrasser.

>>>Plus jamais d’acné grâce aux méthodes naturelles<<<

L’acné est un phénomène beaucoup plus complexe qu’on ne le pense généralement. Ce n’est pas uniquement qu’une question d’hormones, d’adolescence, de mauvaise ou de « bonne crème », de « bon produit » ou de « produit bio ».

Vous voulez vraiment vous débarrasser de ces boutons qui gâchent votre image de vous même, qui ruinent votre séduction, qui freinent votre vie amoureuse et sociale et qui vous donnent l’impression que « tout le monde ne voit que ça » ?

Découvrez le programme complet et naturel Plus jamais d’acné grâce aux méthodes naturelles pour vous guérir de votre acné qui vous explique :

  • Pourquoi et comment l’acné survient
  • Comment l’ensemble de l’organisme est impliqué
  • Comment drainer votre organisme tout en en lui donnant des forces au lieu de le fatiguer
  • Comment ne plus nuire à votre peau ni à votre organisme
  • Comment éliminer, en douceur mais efficacement, les toxines responsables de l’acné
  • Comment être certain de ne pas avoir de carences alimentaires et nutritives
  • Comment favoriser la digestion et pourquoi
  • En quoi le facteur psychologique joue-t-il dans l’acné et comment en faire un allié et non un ennemi
  • Comment soigner, nettoyer, restaurer votre peau, à quelle fréquence et avec quels produits
  • Et bien d’autres secrets encore que le médecins et dermatologues ne vous diront jamais !

>>>Plus jamais d’acné grâce aux méthodes naturelles<<<


Posté par Michael dans Acné, Actualité le 02 octobre 2010
Tags: , , ,

Bonne nouvelle pour nos ados complexés par leurs boutons d’acné : depuis quelques mois ceux-ci peuvent maintenant trouver en pharmacie et en libre accès des traitements locaux efficaces à base de péroxyde de benzoyle jusqu’ici délivrés uniquement sur ordonnance.

On peut citer notamment Curaspot un gel dosé à 5% de péroxyde de benzoyle à laisser agir quelques minutes puis à rincer soigneusement et Brevoxyl une crème légère dosée à 4% plus pratique car sans rinçage et moins asséchante, deux traitements dont on a déjà eu l’occasion de parler ici.

Ces traitements à base de péroxyde de benzoyle sont connus et très utilisés depuis des années. Rappelons que le péroxyde de benzoyle est un antiacnéique anti-inflammatoire et légèrement kératolytique ayant une action antibactérienne importante sur le Propionibacterium acnes (suppression totale après deux semaines de traitement) et sur les staphylocoques.

Leur libre accès en pharmacie va permettre aux ados de se traiter dès l’apparition des premiers boutons. Mais le pharmacien sera toujours là pour leur donner des conseils sur leur utilisation :

  • gels et crèmes :
    de 1 à 2 fois par jour en traitement d’attaque puis diminuer jusqu’à 1 à 3 applications par semaine en traitement d’entretien en évitant le contour des yeux et de la bouche,
  • soins d’hygiène de la peau :
    pain sans savon, gel ou crème moussants pour peaux acnéiques, crème hydratante adaptée non comédogène pour limiter sécheresse et irritation.

Posté par Michael dans Acné, Actualité le 17 octobre 2010
Tags: , , ,

Jusqu’à il y a peu les antiacnéiques locaux à base de peroxyde de benzoyle (en crème ou en gel) étaient uniquement délivrés sur ordonnance qu’ils soient remboursés (partiellement ou totalement) par la Sécurité Sociale.

Suite à son déremboursement, la crème anti-bactérienne Brévoxyl a été la première à être mise en vente libre dans les pharmacies. Mais, phénomène fréquemment constaté quand un médicament est en vente libre, le prix du tube de Brévoxyl a sensiblement augmenté. On le trouve aujourd’hui en pharmacie au prix de 8,95 € le tube de 40 grammes.

Bonne nouvelle pour les petits budgets il existe maintenant une crème anti-bactérienne à base de peroxyde de benzoyle que l’on peut obtenir sans ordonnance à un prix bien inférieur au Brévoxyl ou autre Curaspot. Il s’agit de la crème Pannogel dosé à 5% à base de peroxyde de benzoyle que l’on trouve au prix de seulement 2,6 € le tube de 40g.

Pourquoi un prix aussi bas ? Pannogel est un médicament qui est toujours pris en charge par la Sécurité Sociale pour peu que vous ayez une prescription mais que vous pouvez aussi obtenir sans ordonnance. Il en va de même pour le Doliprane qui vous est remboursé si vous avez une prescription de votre médecin mais que vous pouvez aussi acheter sans ordonnance mais sans remboursement dans ce dernier cas naturellement.

Dernière bonne nouvelle, on peut s’attendre dans les prochaines semaines à ce que d’autres traitements topiques comme Pannogel puissent également être achetés sans ordonnance à des prix très intéressants. On peut citer notamment Cutacnyl, Eclaran et Effacné.


Laura, 17 ans, 57 kg, présente une acné sévère du visage et du dos depuis 2 ans. Son dernier traitement a comporté un antibiotique per os (doxycycline pendant 3 mois) et des traitements topiques de l’acné mais sans amélioration notable.

Voici l’ordonnance que propose de lui prescrire le médecin généraliste qui la suit :

  • Isotrétinoïne 10 mg : 1 capsule par jour à prendre au cours du repas, tous les jours pendant un mois.
  • Isotrétinoïne 20 mg : 1 capsule par jour à prendre au cours du repas, tous les jours pendant un mois.
  • Clean Ac crème lavante : A utiliser matin et soir pour la toilette du visage
  • Ictyane HD crème : Application sur le visage le matin après la toilette
  • Ictyane Stick lèvres : Application aussi souvent que nécessaire
  • Varnoline : 1 comprimé par jour à prendre à heure régulière pendant 21 jours consécutifs puis arrêt de 7 jours avant de commencer une nouvelle plaquette.

Quelques commentaires utiles sur cette ordonnance :

Laura présente une acné sévère qui a résisté à un traitement conventionnel. Un traitement par isotrétinoïne orale est donc totalement justifié et c’est le seul traitement à même de guérir son acné.

La posologie est comprise entre 0,5 et 1 mg/kg/j avec un début à 0,5 mg/kg/j et une augmentation progressive de la prescription en cours de traitement jusqu’à la dose quotidienne maximale tolérée qui ne doit pas dépasser 1 mg/kg/j. L’isotrétinoïne sera poursuivie jusqu’à atteindre 120 à 150 mg/kg soit un traitement qui va durer entre 6 et 8 mois.

Un traitement émollient pour le visage et les lèvres (Ictyane HD crème et Ictyane Stick lèvres) est indispensable afin de lutter contre la sécheresse cutanée et l’inflammation des lèvres qui sont deux effets secondaires inévitables de la prise d’isotrétinoïne. Ces effets dont l’intensité va dépendre de la dose prise constituent un indicateur de l’efficacité et de la tolérance au traitement. Le traitement émollient est destiné à rendre acceptable par le patient ces effets qui peuvent s’avérer gênants et difficilement supportables sinon.

La Varnoline est un contraceptif œstroprogestatif conforme à l’AMM. Elle doit être prise au moins 1 mois avant le début du traitement et poursuivie pendant toute la durée du traitement et durant le mois suivant son arrêt. Ce mode de contraception doit être noté dans le carnet-patiente.

Note importante : L’isotrétinoïne est un médicament tératogène. Sa prescription est systématiquement associée à une contraception efficace et conforme à l’AMM chez la jeune fille en âge de procréer et la femme.


Dans cette série de 3 articles nous allons tenter de mieux connaître les différentes pathologies associées à l’acné et faire un tour d’horizon des traitements médicamenteux existants aujourd’hui.

Et, dans ce premier article, nous allons nous intéresser à la physiopathologie de l’acné et décrire les trois facteurs intervenant dans la genèse de l’acné à savoir l’hyperséborrhée, l’hyperkératinisation et la prolifération d’une bactérie, Propionibacterium acnes, responsable de l’inflammation.

L’hyperséborrhée

L’activité des glandes sébacées, évènement initial de l’acné, est sous la dépendance de la stimulation hormonale provoquée par les androgènes.

Cette stimulation qui atteint son paroxysme à l’adolescence varie d’un individu à l’autre selon l’activité d’une enzyme, la 5alpha-réductase, qui transforme la testostérone inactive en dihydrotestostérone active sur le récepteur.

Chez la femme, en plus de l’activité de cette enzyme, c’est l’hyperproduction d’androgènes par les ovaires ou les surrénales qui peut expliquer les différences d’intensité de l’acné.

L’hyperkératinisation

Au cours de l’acné, les kératinocytes se multiplient de façon anormale et s’accumulent dans le canal du follicule sébacé qui se dilate.

Le bouchon corné qui se forme ainsi gêne l’évacuation du sébum qui s’accumule dans le canal et dans le sac folliculaire.

Un microkyste peut se former si l’orifice folliculaire se referme. Si ce n’est pas le cas, le bouchon va donner un comédon (communément appelé point noir) au niveau de l’orifice folliculaire élargi.

Prolifération bactérienne et inflammation

Propionibacterium acnes est une bactérie lipophile et anaérobie qui se trouve naturellement dans la flore cutanée.

Quand celle-ci prolifère, elle hydrolyse le sébum en acides gras libres et irritants et libère des enzymes (lipases, protéases, collagénases,…) qui provoquent la rupture du microkyste dans le derme accompagné d’une réaction inflammatoire.

L’afflux de globules blancs par chimiotactisme dans le follicule sébacé rétentionnel génère finalement le pustule (le fameux bouton d’acné).

Dans l’article suivant, nous nous intéresserons aux formes cliniques de l’acné sur lesquels le dermatologue va asseoir le diagnostic de l’acné.


Après un premier article consacré à la physiopathologie de l’acné et décrivant les trois facteurs qui interviennent dans la genèse de l’acné, nous allons dans ce second article nous intéresser aux différentes formes cliniques de l’acné.

Il faut le rappeler, le diagnostic de l’acné est clinique avant tout. Il repose sur la mise en évidence des lésions qui vont définir différents types d’acné. Le visage est la zone du corps la plus constamment atteinte mais le dos, le cou, la thorax aussi peuvent être touchés car ce sont des zones riches en glandes sébacées.

L’acné rétentionnelle

L’acné rétentionnelle est due à l’hyperséborrhée et à l’hyperkératinisation qui provoquent des microkystes (lésions fermées) ou des comédons (lésions ouvertes).

La peau est granuleuse et brillante. Les pores sont dilatés et des points noirs sont présents mais le risque de cicatrices est faible.

L’acné inflammatoire

L’acné inflammatoire est caractérisée par des lésions inflammatoires soit superficielles de type papules rouges, fermes et d’un diamètre inférieur à 5 mm ou pustules, des papules avec du pus, soit profondes de type nodules d’un diamètre supérieur à 5 mm. Le risque de cicatrices est alors élevé.

L’acné polymorphe

L’acné polymorphe ou mixte associe en fait les deux types d’acné précédemment cités.

Finalement, on distingue selon le nombre de lésions et leur gravité :

  • l’acné légère : rétentionnelle ou papulo-pustuleuse,
  • l’acné moyenne à modérée : rétentionnelle ou papulo-pustuleuse mais avec un nombre de lésions plus importants,
  • l’acné sévère : c’est l’acné principalement nodulaire de type acné conglobata ou fulminans. Les cicatrices sont les principales complications des acnés sévères.

Dans le troisième et dernier article de notre série, nous allons présenter les différents traitements médicamenteux disponibles. Vous vous en doutez surement mais les différentes stratégies de traitements vont dépendre du type d’acné à traiter et de sa gravité.


Après deux articles consacrés à la physiopathologie de l’acné et à ses différentes formes cliniques de l’acné, nous allons, dans ce troisième et dernier article de notre série, nous intéresser aux différents traitements médicamenteux disponibles.

Vous vous en doutez surement mais les différentes stratégies de traitements vont dépendre du type d’acné à traiter et de sa gravité, mais également de l’âge du patient, de l’ancienneté de l’acné, de l’impact psychologique de la maladie sur la patient et des traitements déjà suivis.

Quelques généralités avant d’entrer dans le vif du sujet :

  • Le traitement de l’acné est un traitement de longue haleine qui alterne une phase d’attaque de 3 mois minimum et une phase d’entretien qui doit s’accompagner de mesures d’hygiène adaptées.
  • Dans l’acné rétentionnelle, les objectifs du traitement sont de réduire l’hyperséborrhée et l’hyperkératinisation.
  • Dans l’acné inflammatoire, le traitement a pour objectif de diminuer la prolifération bactérienne à l’origine de l’inflammation, d’accélérer le renouvellement cellulaire et d’éviter les cicatrices.

Les traitements locaux de l’acné

Ils font partie de l’arsenal thérapeutique utilisé dans les traitements de première intention. Et ils sont utilisés aussi bien pour traiter l’acné rétentionnelle et l’acné inflammatoire papulo-pustuleuse.

Parmi ceux-là, on trouve principalement :

  • Les rétinoïdes locaux (trétinoïne, isotrétinoïne, adapalène) utilisés dans les cas d’acné rétentionnelle et qui agissent par normalisation de la kératinisation ce qui va éliminer les microkystes et les comédons. Une irritation locale, des picotements, une desquamation peuvent se produire lors des premières applications.
    Dans ce cas, il est recommandé d’espacer les applications et d’utiliser une crème hydratante. Les rétinoïdes locaux sont photosensibilisants et déconseillés à la femme enceinte.
    Le traitement d’attaque consiste en une application par jour le soir sur une peau sèche. Un traitement d’entretien avec 2 à 3 applications par semaine est ensuite nécessaire pour éviter les rechutes.
  • Le peroxyde de benzoyle est utilisé dans les cas d’acné inflammatoire légère à modérée. Le peroxyde de benzoyle se métabolise dans le derme en acide benzoïque et en oxygène. L’oxygène exerce une action bactériostatique sur les bactéries anaérobies, une action anti-inflammatoire et kératolytique. L’acide benzoïque quant à lui a une action comédolytique et diminue l’activité des glandes sébacées.
    Il peut provoquer irritations, brûlure et sécheresse cutanée. Dans ce cas, il est conseillé d’espacer les applications et d’utiliser une crème hydratante.
    Le peroxyde de benzoyle est photosensibilisant et déconseillé chez la femme enceinte. Il s’applique 1 à 2 fois par jour selon la tolérance de la peau.
  • Les antibiotiques locaux (érythomycine, clindamycine) exercent une action bactériostatique sur P. acnes ainsi qu’une action anti-inflammatoire. Sans risque chez la femme enceinte et non photosensibilisants, ils sont utilisés en relais des traitements topiques photosensibilisants. A appliquer 1 à 2 fois par jour sur une peau propre et sèche.
  • L’acide azélaïque est utilisé dans les cas d’acné inflammatoire légère à modérée. Il a un effet antibactérien sur P. acnes et limite l’hyperkératose. Un érythème ou une irritation local est possible en début de traitement. A appliquer 1 à 2 fois par jour sur une peau propre et sèche.

Traitements de l’acné par voie orale

On trouve parmi les traitements oraux de l’acné :

  • Les antibiotiques recommandés dans le traitement de l’acné par voie orale sont certaines cyclines : doxycycline, lymécycline, métacycline en 1ère intention et minocycline en 2ème intention du fait de ses effets indésirables (hypersensibilité, hépatite, auto-immunité).

    Les cyclines sont bactériostatiques et anti-inflammatoires. Il est recommandé d’associer un traitement local (rétinoides ou peroxyde de benzoyle) pour éviter les résistances aux bactéries.

    Les cyclines sont photosensibilisants et elles peuvent provoquer des troubles digestifs. Elles sont contre-indiquées en cas de grossesse, chez l’enfant de moins de 8 ans et en association avec les rétinoïdes par voie orale.

    A noter que les sels de fer, la calcium, le magnésium et les topiques gastro-intestinaux à base de sels de magnésium ou d’aluminium diminue leur absorption digestive.

    En cas de contre-indication aux cyclines, l’érythromycine est utilisée. L’érythromycine est quant à elle contre-indiquée en association aux dérivés de l’ergot de seigle, à la mizolastine (risque de troubles du rythme cardiaque) et autres médicaments torsadogènes.

  • L’isotrétinoïne (Curacné, Contracné, Procuta) est réservée au acnés sévères ou qui ont résisté aux traitements de 1ère intention de trois mois (antibiotiques + traitements topiques locaux).

    Elle réduit la production de sébum de 80%, la prolifération de P. acnes ainsi que l’inflammation. Elle diminue l’hyperkératose et la formation de comédons.

    L’isotrétinoïne possède des effets indésirables (effets tératogènes, dessèchement intense de la peau et des muqueuses, recrudescence d’acné pendant le 1er mois, élévation du taux de cholestérol, triglycérides, transaminases) qui obligent à un suivi et des précautions lors de son emploi notamment chez la femme.

    En effet, celle-ci doit être sous contraception hormonale un mois avant le début du traitement et réaliser un test de grossesse dans les trois jours et tous les mois lors de la rédaction de sa nouvelle ordonnance.

    De plus, la délivrance d’isotrétinoïne , avec une ordonnance datant de moins de sept jours, doit être accompagnée de conseils sur l’hydratation de la peau avec une crème suffisamment riche, mas non comédogène et l’utilisation de stick à lèvres.

    Rappelons que l’isotrétinoïne est photosensibilisante et ne doit pas être associée à la vitamine A (attention notamment lors de la prise de compléments alimentaires) et aux cyclines.

  • Le gluconate de zinc (Effizinc, Rubozinc) possède des propriétés anti-inflammatoires légères. Il s’utilise sur les acnés inflammatoires modérées à légères en cures de 6 mois.

    Le gluconate de zinc peut être utilisé en cas de contre-indication aux traitements oraux, en période estivale car non sensibilisant ou en cas de grossesse. Il se prend le matin à jeun. Les aliments à forte teneur en acide phytique (pain complet, soja, céréales complètes) diminuent son absorption intestinale. Il doit être pris à distance des cyclines en cas de traitements par ces molécules.


Posté par Michael dans Acné le 15 juillet 2011
Tags: , ,

Qui a dit que l’acné ne concernait que les adolescents ? De plus en plus de femmes adultes en souffrent. C’est ce qu’on appelle « l’acné tardive » et ce nouvel article se propose de faire un zoom sur ce problème dont on parle peu.

Quelles sont les causes de l’acné tardive ?

Actuellement, les causes de cette apparition tardive de l’acné ne sont pas encore bien connues. En revanche, certains facteurs favorisant l’apparition de la maladie sont clairement identifiés.

  • Les cosmétiques : soucieuses de leur apparence, les femmes sont de grandes consommatrices de « produits de beauté » pas toujours adaptés au maintien d’un équilibre cutané, car trop agressifs, trop gras ou encore trop couvrant… Le fait d’en changer souvent serait également également un facteur facilitant la survenue de lésions acnéiques.

  • Le stress : Les femmes très stressées souffrent plus particulièrement d’acné.

  • Les hormones : les femmes atteintes d’acné, même grave, n’ont pas systématiquement de signes de virilisme associés, ce qui tend à prouver que ce n’est pas une augmentation du taux d’androgènes qui en serait la cause, mais plutôt une hypersensibilité des récepteurs aux androgènes au niveau du follicule sébacé, accompagnée d’anomalies des enzymes intervenant dans le métabolisme de ces hormones masculines.

A contrario, certains facteur connus pour être prédictifs d’une acné sévère chez l’adolescent tels que les antécédents familiaux, ou l’acné pré-pubertaire ne semblent pas être impliqués. De même, l’alimentation dont le rôle est discuté dans l’acné juvénile, n’aurait aucune influence sur la survenue de l’acné tardive chez la femme adulte.

Comment l’acné se manifeste chez la femme adulte ?

Les spécialistes s’accordent à dire que l’acné se manifeste de 2 façons :

  • Une acné avec une hyperséborrhée (de l’excès de sébum localisé) et des lésions rétentionnelles prédominantes, souvent localisées au niveau du menton.

  • Une acné plutôt inflammatoire et pas forcément accompagnée d’hyperséborrhée. Les lésions quant à elles sont absentes, mais il existe des nodules profonds, voire des kystes inflammatoires fréquemment situés au niveau du menton et des régions mandibulaires.

Bien que l’acné tardive féminine soit essentiellement présente sur le visage, on trouve aussi des lésions au niveau du dos chez 10% des femmes.

Comme chez l’adolescent, il est très important de traiter cette acné tardive car elle est souvent source de cicatrices.

Quels sont les traitements préconisés en cas d’acné tardive ?

4 traitements préférentiels sont généralement prescrits aux femmes :

  • Les cyclines, antibiotiques par voie orale, sont efficaces mais souvent suivies de rechute à l’arrêt, et notamment lorsqu’il existe une séborrhée importante.

  • L’isotrétinoïne permet un taux de rémission élevé chez la femme. Elle ne sera prescrite qu’en cas d’échec d’un traitement correctement mené d’au moins 3 mois associant un antibiotique par voie orale et un anti-acnéique topique. Sa prescription est très réglementée, et devra se faire notamment dans le respect du « programme de prévention de la grossesse ».

  • Le traitement hormonal est intéressant notamment lorsqu’il existe des poussées prémenstruelles. Des médicaments anti-androgènes peuvent s’avérer utiles puisque même en cas de taux d’androgènes des récepteurs. Mais ces traitements ne sont que suspensifs et devant une acné sévère de la femme, ils sont souvent insuffisants. Concernant les taux hormonaux, il faut aussi veiller à ce que la femme n’utilise pas une contraception qui serait responsable de l’apparition de l’acné. En effet, les pilules de 1ere et 2eme génération, riche en progestatifs dérivés de la testostérone, aggravent l’acné.

  • Le zinc est surtout prescrit en cas de lésions inflammatoires et en période estivale en relais des cyclines.

Publicité

Meta

  • Connexion
  • Valid XHTML
  • XFN
  • WordPress
  • Référencement